Agathe Factory, tisser les couleurs et les matières pour une décoration sur mesure

Agathe Factory, tisser les couleurs et les matières pour une décoration sur mesure
11 décembre 2018 Emilie

Dans son atelier ajaccien sous les toits, Valérie crée des pièces de décoration, tissant des matières, jouant de couleurs tout en nuances. Inspirée par la nature corse,  elle donne à nos intérieurs la touche personnelle et contemporaine recherchée.

Peux-tu décrire ton activité et ton parcours?
Je réalise des accessoires de décoration en pièces uniques, sur mesure, en tissage textile. Je privilégie les matières naturelles, comme la laine ou le coton, et m’inspire des savoir-faire traditionnels, pour la teinture par exemple.
J’étais complètement autodidacte au démarrage: je me suis mise à coudre quand je suis partie vivre aux Antilles. Mes filles étaient petites, je me suis inscrite dans un club de partage pour rencontrer des gens. J’ai toujours été créative. Agathe, c’est ma grand-mère qui m’a appris à tricoter.
Très jeune, j’ai baigné dans une atmosphère créative: j’ai acheté mon 1er Marie Claire Idées à 15 ans! Je créais pour moi, pour les copines. J’aime les matières naturelles, par exemple la terre, je ne fais pas de céramique mais j’aime la sensation de marcher terre ou la boue!
De cette passion, je travaille à faire mon métier: j’ai fait une formation l’an dernier avec une jeune femme, Marina Martelli, pour apprendre à faire une collection dans les temps; j’ai pensé prendre un façonnier pour la fabrication. Mais finalement, je n’ai pas envie de perdre cette spontanéité : je fais les choses comme pour moi, avec mes goûts, j’assemble les couleurs, comme si ça pouvait aller chez moi…

Mais pour que mon activité soit rentable, il faut que je produise plus. J’ai 2 ans pour consolider mon activité. Je suis auto-entrepreneure, et je m’entoure de professionnels pour les compétences que je n’ai pas ailleurs: A Prova, par exemple, m’accompagne aussi. Seule on n’est pas grand chose! Moi je suis très bien toute seule toute la journée dans mon atelier, mais il faut aussi que je vois des gens, j’ai besoins d’échanges… par ma formation de travailleur social, le travail d’équipe m’enrichit: j’ai fait une formation sur la teinture végétale, avec l’association Colore ton monde, j’ai rencontré des filles super; j’ai réalisé un beau nuancier, qui va donner lieu à de nouveaux projets. Je cible une clientèle de professionnels, décorateurs, architectes d’intérieurs, susceptibles d’être intéressés par des pièces de déco plus grosses, par des collaborations qui me stimulent beaucoup… Je travaille beaucoup ma communication, les réseaux sociaux pour affirmer mon identité, et me démarquer dans le vaste univers de la déco.

Quels sont tes succès et satisfactions? Déjà, c’est d’être distribuée dans de beaux points de vente, de beaux magasins, c’est une reconnaissance de ce que je fais, ça veut dire que c’est qualitatif, ça me fait plaisir; dans la boutique Fées et Pirates, par exemple! Cela donne confiance.

Quels sont tes contraintes et obstacles? Se démarquer, se faire reconnaître. Maintenant avec les réseaux sociaux c’est compliqué, on peut vite être perdu dans la masse des autres créateurs. Mais ce qu’il y a de génial, c’est que j’ai rencontré des artistes fantastiques, des univers magnifiques, grâce aux mêmes réseaux sociaux.

Et aussi, être sur une île. Ce n’est pas toujours simple, l’insularité: à un moment donné, on est obligé de sortir, c’est indispensable. Sinon, on est trop en vase clos. J’ai le désir de trouver des points de vente ailleurs qu’ici. J’ai besoin de me confronter à d’autres regards, de rencontrer encore d’autres personnes. Parce que quand tu as grandi à Ajaccio, que tu connais tout le monde, c’est sécurisant, certes, mais on peut aussi avoir envie de voir autre chose.

Quelle est la particularité de créer en Corse? L’inspiration: je la trouve quand je vais au village, quand je suis à la rivière, quand je marche dans le «machja» (« le maquis » ndlr) comme on dit chez nous! Quand je m’assois dans le jardin et que je vois les montagnes… Mon inspiration, elle est là. J’ai fait mes études à Marseille, puis à Paris, où j’ai travaillé aussi, je n’ai jamais eu cette envie. Mon envie de création est particulièrement liée à l’environnement corse, c’est sûr. D’ailleurs, on a beaucoup de créatifs ici, inspirés par le cadre.

Comment s’articule ta vie familiale, personnelle et professionnelle avec ta créativité? Aujourd’hui ça va mieux, car mes filles sont un peu plus grandes, et mon mari me fait un peu plus confiance: il a vu que ce que je fais fonctionne.

Mais quand les filles étaient plus petites, c’était plus compliqué… déjà quand ce n’était qu’un complément de revenu, je culpabilisais. J’avais très peu de temps et je pouvais passer des week-ends enfermée dans mon atelier, pendant que mon compagnon gérait les enfants: j’ai de la chance, il me suit dans ce que je fais, et il est un super papa, donc ça aide, mais c’est fatigant. Il m’arrive souvent de me lever la nuit et d’avoir un papier à la main. Souvent je me lève (trop) tôt avant la famille. Ce sont des moments que je m’octroie. Et m’autoriser à ne faire que ça, est une chance: ça me permet d’avoir toute la journée pour moi pour expérimenter et travailler, et le soir quand elles rentrent, je redeviens une maman en étant moins accaparée par mes créations. Mais quand on est dans la création, je crois qu’on a en permanence le cerveau en ébullition. C’est une vraie frustration, quand je suis interrompue, comme un peintre qui doit s’interrompre quand il peint un tableau. Et quand tu es une femme, c’est plus compliqué que pour un homme. Même si le compagnon est compréhensif, il y a plein de choses qu’il ne fait pas! ce n’est pas simple.

Quels sont tes projets dans 5 ans? Franchement?!!! si j’y suis encore dans 5 ans, c’est que j’ai pu aller au bout de ma démarche, de ma créativité, m’autoriser à faire ce que je veux, osé démarcher les points de ventes, la clientèle qui va me permettre de vivre de mon activité.

Un message ou question aux autres femmes créatives du monde? Je souhaite à tout le monde, homme ou femme, d’avoir cette chance, de s’épanouir au quotidien.

Pour retrouver ses actualités: https://www.facebook.com/agathefactory/

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*