Lucile, sacs et accessoires en fibre végétale PAZANKOR

Lucile, sacs et accessoires en fibre végétale PAZANKOR
1 février 2017 Emilie

 

Rencontre avec Lucile, créatrice de PAZANKOR, marque de sacs et accessoires en fibre végétales, fabriqués à Madagascar dans des ateliers à taille humaine. Après avoir créé du linge de maison et acquis « une forte identité de petite marque à la française joliment travaillée », Lucile est installée la réunion: elle a trouvé un équilibre entre son amour pour Madagascar, son goût pour l’artisanat de qualité, tout en soutenant le fait-main. Mais avec Pazankor, ce qu’elle apprécie surtout au quotidien, c’est la proximité avec ses clientes et la liberté de créer…

 

Peux-tu te présenter: Lucile, j’habite l’Ile de la Réunion. J’ai créé Pazankor, une marque d’accessoires en fibres végétales faits main à Madagascar : sacs, paniers, trousses, pochettes

Mon parcours: il est assez chaotique. J’ai une formation initiale en droit et en sciences politiques, j’ai débuté ma carrière dans les ressources humaines en tant que consultante. Je travaillais sur des projets de réorganisation d’entreprise, avec de gros enjeux sociaux et économiques. Paradoxalement, un métier intéressant mais non conforme à mes aspirations.

J’ai tout arrêté en 2004 pour créer avec une amie la marque Mariette Jonbaz, jolie marque spécialisée dans le linge de maison et les accessoires. Notre parti pris était la fabrication 100% française à un moment où le made in France était encore très peu valorisé. On a travaillé avec un tas d’artisans et de PME détenant de véritables savoir-faire (tricoteur de jersey, dentelier…). Nos produits étaient commercialisés via des salons professionnels internationaux notamment le salon Maison  & objet. Ce qui nous a permis d’avoir rapidement une visibilité à l’international en nous positionnant  aussi bien dans des boutiques « créateurs » que dans des grands magasins comme le bon marché, avec une forte identité de petite marque à la française joliment travaillée. On nous avait surnommé les « Amélie Poulain du linge de maison ».

Une forte identité, une bonne visibilité, une reconnaissance par la presse, tous les ingrédients étaient là pour un succès économique qui n’a jamais réellement eu lieu. S’ensuit un mauvais partenariat avec un industriel belge qui nous a poussé à arrêter. C’est une histoire que j’ai lu plusieurs fois par la suite. Avec du recul, je pense que c’était la 1ère vague de la génération de « créateurs » et qu’on n’a pas su s’y prendre avec ce joli bébé qu’on avait entre les mains.

Parallèlement un projet d’expatriation en famille à Madagascar se profilait. Pour moi, le paradis du fait main et de l’artisanat, la grande découverte de la fibre végétale et des savoir-faire qui vont avec, c’est-à-dire le tressage, le crochet, le tissage…..

J’ai créé Pazankor et une petite boutique à Tamatave qui m’ont permis de reprendre confiance en moi. J’ai commencé à travailler avec un atelier en avançant à petit pas. L’expatriation a pris fin beaucoup plus tôt que prévu en raison du contexte politique et nous avons atterri à la Réunion. Pour moi, il n’était pas question d’arrêter Pazankor et les relations de confiance que j’avais tissées.

Je vends aujourd’hui mes produits, que je continue à faire fabriquer à Madagascar, sur les marchés artisanaux de la Réunion et j’ai ouvert depuis peu en collectif une petite boutique associative de créateurs. Je travaille maintenant avec 7 ateliers à Madagascar.  Avec tous, la relation dépasse le simple échange commercial.

Succès / satisfaction: pouvoir vivre de ce que l’on aime faire est pour moi un énorme premier privilège, être libre est le second. J’ai commencé cette activité tout doucement, avec l’appréhension d’un nouvel échec. Mais je pense que c’est justement mon expérience passée avec Mariette Jonbaz qui m’a permis de tirer les bonnes conclusions : un mal pour un bien. Je me sens aujourd’hui libre dans ce que je fais et de la façon dont je le fais. Le « gros » est beaucoup plus contraignant que le « détail » pour un résultat pas forcément plus intéressant. Et c’est parce que j’avais fait auparavant du « gros » que je peux le comprendre, sinon je me serai lancée tête baissée dans un autre mode de distribution. Et souvent on me demande pourquoi je ne distribue pas mon produit dans des boutiques : parce que je suis bien comme ça, ça me convient, si je veux faire une série de 10 pièces je le fais, je ne suis pas contrainte par des délais, quantités, si mon produit arrive en retard, je ne m’en prends qu’à moi…..

Et ma dernière satisfaction et non la moindre, je continue à aller à Madagascar !

Difficultés /contraintes : La 1ère difficulté est d’ordre physique. J’ai un métier physiquement fatiguant. Je me lève très tôt, je porte des choses lourdes et je suis debout souvent 12 heures d’affilée.

Les autres sont principalement d’ordre logistique : j’importe mes produits,  je suis tributaire du transport aérien ou maritime et des difficultés qui vont avec.

Je travaille sur un produit qui est fait main et qui prend du temps à être fabriqué, il faut que j’anticipe tout le temps, j’ai 6 mois d’avance entre le moment où je lance une fabrication et le moment où je la reçois. Et il m’arrive souvent d’être en rupture mais comme je ne fais pas de « gros », je ne m’en prends qu’à moi et je ne subis pas la pression des autres.

Projet dans 5 ans : Ouvrir un atelier qui ferait aussi centre de formation spécialisé dans le crochet de fibres végétales à Madagascar.

Message aux autres femmes créatives : Donner du sens à ce que l’on fait, le faire avec plaisir, croire en ce qu’on fait et surtout ne pas essayer de plaire à tout le monde.

 

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*