Kavitha Balakrishnan, artiste, poète, curatrice, enseignante en art

Kavitha Balakrishnan, artiste, poète, curatrice, enseignante en art
3 avril 2016 Emilie

Adress: Thrissur, Kerala, India

Web site: http://balakrishnankavith.wixsite.com/artist

Nous avons découvert Kavitha au Loafers’Corner Café de Cochin dans la Kéraka en Inde, en janvier 2O17, grâce à son exposition avec le Collectif d’artistes Jigsaw, et Hilary Holt, que nous avons interviewée. Très occupée entre ses cours à l’Université, ses différents projets artistiques, elle nous a répondu par mail, et l’échange a été riche et profond, à l’image de son travail et de sa personnalité: la place des femmes, et la recherche permanente la guident.

Pouvez-vous vous présenter et votre activité? Je vis plusieurs vies en tant qu’être humain. Mes multiples activités vont d’ artiste, poète, fille, mère, écrivain bilingue sur l’histoire de l’art, … à épouse, amante, professeure etc.
Quel est ton parcours? Dès l’enfance, je suis dans l’idée même de «l’art» comme un espace libertaire à s’engager. Souvent, je doute qu’il en soit ainsi. Souvent, je me sens un besoin d’identifier les hochements de liberté par soi-même et appeler l’art que cela. Et c’est un processus constant de prise de conscience. Je le fais en prêtant attention à chaque petit moment de la vie. Pour plus de 30 années impaires, je le fais et l’art est maintenant une habitude de conscience en constante évolution.

Tes succès et satisfactions? Je peux négocier avec l’appareil idéologique du patriarcat de plusieurs manières subtiles.
Tes obstacles et difficultés? Le préjugé et le fondamentalisme de tous les genres qui diffèrent ne sont pas vraiment des forces extérieures à la personne mais à l’intérieur de la personne. Elles posent des difficultés pour moi-même et pour le monde en général.
Est-ce correct avec votre famille, vie personnelle? J’ai une vie de famille paisible. Mais la famille en tant que structure peut mettre en danger mon sens de la liberté. Ce que je fais, c’est que j’inventer de nouveaux moyens de fonctionner. Ces moyens se révèlent désormais comme de nouvelles langues créatives. La famille devient donc une structure supportable par mon engagement constant.
Comment vous voyez-vous et vos projets dans 5 ans? Je suis arrivé à quelques projets d’importance personnelle et historique pour moi et le monde dans lequel je vis. Ainsi, je pourrais me présenter comme un auteur de deux grands livres sur l’art dans les années à venir.

As-tu un message ou une question aux autres femmes actives et créatives dans le monde: Qu’est-ce qui nous connecte à travers le monde? Est-ce le corps? Ou les souffrances du corps? Je m’intéresse également à la relativité culturelle de cette … Je veux étirer les limites de notre compréhension culturelle en tant que femmes. Je suis heureuse de pouvoir garder dans mon coeur Marelene Dumas ou Amy Cutler , autant que je garde une femme artiste moins connue et confinée dans la région, appelée T K Padmini qui fait partie de mon histoire de l’art régionale.

ENGLISH INTERVIEW

We discovered at the Loafers’Corner Café in Cochin, Kerala, India, in January 2017, through an exhibition with the Collective of Artists Jigsaw, and Hilary Holt, which we interviewed. Very busy between her courses at the University, her different artistic projects, she responded by mail, and the exchange was rich and profound, reflecting her work and her personality: the place of women, and ongoing research are guiding her.

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/06/19/curateur-le-plus-jeune-metier-du-monde_3432833_3246.html

Can you present yourself and your activity? I am living multiple lives as a human being. The multiples are so to say, an artist, poet, a daughter, mother, bilingual writer on art history, a wife, a lover, a teacher etc.
How you came to that? right from childhood, I am into the very idea of ‘art’ as a libertarian space to engage. Often I doubt if it is so. Often I feel one need to identify the liberational nods by oneself and call art only that. And it is a constant process of making oneself aware of it. I do it by lending attention to each little moment of life. For over 30 odd years, I am doing it and art is now a habit of constantly evolving awareness.

Your success, Satisfactions? I can negotiate with ideological apparatus of patriarchy in many subtle ways.
Your obstacles, difficulties? The all pervading gender bias and fundamentalism of various sort that are not really forces outside of the person but within the person. They pose difficulties to myself and the world at large.
Is it ok with your family, personnal life? I have a peaceful family life. But family as a structure can pose threat to my sense of freedom. What I do is, I invent new means to function. tHose means are now turning out as new creative languages. So family becomes bearable structure by my constant engagement.
How do you see yourself and your projects in 5 years? I have arrived at a few projects of both personal and historic significance to me and the world in which I live. So I might turn up as an author of two major books on art in the years to come.

Would you have a message or a question to other active and creative women around the world:  what connects us internationally? Is it the body? is it the sufferings of the body? I am also interested in the cultural relativeness of this….I want to stretch the limits of our cultural understanding as women. I am happy that I can keep a Marelene Dumas or Amy Cutler at heart, as much as I keep a lesser known, regionally confined woman artist called T K Padmini from my regional art history.

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*