Tess Murphy, « J’aime ce qui est bon, mais aussi ce qui est beau » « I like good food but beautiful things as well »

Tess Murphy, « J’aime ce qui est bon, mais aussi ce qui est beau » « I like good food but beautiful things as well »
15 mars 2016 Emilie

DSC_0046 IMG_1342 IMG_1349

   IMG_1339 DSC_0048DSC_0047

24 sept-09, GISBORNE, Nouvelle Zélande

Je suis Tess Murphy, 21 ans et je vis à Gisborne en Nouvelle-Zélande. Je fais des pâtisseries bio que je vends au marché des producteurs locaux tous les samedis. J’utilise tous les produits du verger biologique de mes parents, et un maximum de produits locaux de Gisborne. Je fais des viennoiseries, des âteaux sucrés et salés.

Comment es-tu venue à cette activité?

J’ai étudié le design et j’ai décidé que finalement ce n’était pas ce que je voulais faire. Alors j’ai arrêté d’aller à l’université et j’ai travaillé 6 mois à Wellington. Et puis avec mon copain nous sommes revenus à Gisborne et mes parents venaient d’acheter le verger. Je n’avais donc pas beaucoup de choses à faire, beaucoup de temps. Et ils avaient une cuisine homologuée bio, que je pouvais utiliser. Alors j’ai décidé de me lancer.

J’ai toujours été fascinée par la cuisine française, les belles pâtisseries … Cela m’a semblé logique tout d’un coup: J’aime la nourriture, mais j’aime aussi ce qui est beau. J’ai passé beaucoup de temps à pratiquer. Je n’ai pas vraiment de formation. J’ai acheté quatre ou cinq livres de recettes. J’ai passé beaucoup de temps sur Internet pour trouver des recettes. Je m’exerce beaucoup, je fais tester ma famille. Je leur fais goûter et me dire ce qu’ils en pensent jsuqu’à me sentir à l’aise pour vendre mes gâteaux au marché. Et je continue à changer des choses, à développer des idées.

Tes succès et satisfactions:

Je pense que je réussis parce que je fais ce que j’avais prévu de faire en premier lieu! Je tiens à étendre mon activité un peu plus, le faire plus qu’un un jour par semaine, et faire assez d’argent pour ne pas avoir à faire autre chose. Ce serait bien, mais pour le moment, j’apprécie tout simplement de le faire juste une fois par semaine. Je suis donc très heureuse comme c’est aujourd’hui. Mais finalement, je voudrais que cela devienne mon métier à plein temps,… je pense! J’ai juste besoin de travailler sur ce projet!

Beaucoup de gens achètent mes pâtisseries sur le marché, et beaucoup de gens reviennent chaque semaine, ce qui est agréable. Et je suis assez satisfaite de ce que je fais la plupart du temps.

Tes obstacles et dificultés:

Parce que je ne fais cela qu’un jour par semaine, je dois tout préparer en une seule fois. C’est assez difficile pour moi, la gestion du temps, l’organisation, mais je je deviens meilleure, je gère de mieux en mieux mon temps, et c’est de moins en moins stressant! C’est assez dur pour que tout soit prêt parce que je ne le fais une fois par semaine.

Je n’ai jamais rien fait de tel auparavant, et je ne suis pas sûr de savoir comment d’autres personnes pourraient le faire … Je m’organise comme je le sens, ce qui n’est probablement pas toujours le plus facile. J’en profite! ce n’est pas trop difficile pour moi. Biensûr, je suis fatiguée le week-end. Je ne peux pas sortir les week-ends; ça, c’est assez dur. Mais c’est un beau métier. Je peux avoir du temps libre dans la semaine.

Est-ce que c’est compatible avec la vie de famille et vie personnelle?

Oui, c’est bon pour ma vie de famille, avec mes parents, comme ça je passe du temps ici. Pour ma vie personnelle, c’est difficile de travailler tous les week-ends, mais sinon, ça va parce que je suis libre en début de semaine. Mais c’est assez différent du rythme des autres emplois, pour voir des amis, c’est un peu compliqué, mais en général ça va. Avec des enfants, je pense que ce serait possible, mais plus difficile. Je ne pourrais pas être avec eux le vendredi soir. Je serais fatiguée, et allier la cuisine et les enfants serait probablement stressant pour moi! Mais je pense que ce serait possible, cela dépend de ce que mon partenaire fait … Je voudrais apprendre à mes enfants comment cuisiner, ce que j’ai appris de mes parents, juste en les regardant faire.

Comment te vois-tu et tes projets dans 5 ans:

Je voudrais avoir ma boulangerie, qui est un peu mon objectif. Quelque chose de similaire à ce que je fais maintenant, mais avec mes propres outils, et le faire tous les jours. Je pense que je vivrai encore à Gisborne! J’aurai la même activité, mais légèrement plus grand. Je ne veux pas m’étendre et ne plus pouvoir faire par moi- même. J’aime pouvoir tout gérer, et la vente aussi: je voudrais avoir une boutique où vous pouvez voir la cuisine. Les clients savent qui a cuisiné leurs pâtisseries, et peuvent me poser des questions, donc je sais ce qui leur plaît, leurs demandes et peux y répondre… Donc je pense que je voudrais avoir une petite boutique, rien de trop grand pour que je puisse continuer à gérer moi-même… Oui! …

Une question ou message aux autres femmes créatives dans le monde:

Je trouve assez difficile de faire de mon activité un business. Donc je ne sais pas comment le formuler en une question, mais: «Comment transformer quelque chose que vous faites par plaisir en une activité qui génère assez d’argent pour te faire vivre toi et ta famille? Il n’y a pas beaucoup de gens qui font ça, et j’imagine que c’est assez difficile, mais c’est en quelque sorte ce que vise…”

Je la quitte, elle offre ses derniers petits raisins secs à mon fils et part dormir en ce samedi après-midi après le marché, car elle a bien travaillé depuis 4h du matin !

 

24 sept-09, GISBORNE, New-Zealand

I am Tess Murphy, am 21 and I live in Gisborne New Zealand. I do organic baking for the Farmer’s MArket. I use all the thing from my parents’organic orchard and as much things from Gisborne as I can., to make pasteries, and cakes and savoury things to sell at the market every Saturday.

How did you come to that activity?

I begann studing Design and I decided it was finally not what I wanted to do. So I stopped going to University and I worked for 6 months in Wellington. And then with my boyfriend we moved back to Gisborne and my parents had just bought the orchard. So I didn’t have many things to do. And they had a commercial kitchen I could use to make things to sell. I decided to do that.
I had always been fascinated with French baking and beautiful pasteries, some things like that… It seemed to be something that crossed over : I like food but I like things that look beautiful as well.
I spent a lot of time practicing. I didn’t really have any training. I bought four or five reciepe books. I spent lots of time on the Internet to find receipes, I just practicing and making my family try and tell my what they thought, until I felt confortable to sell at the market. And I keep changing things, and developp .

Your success ans satisfactions:

I think that I was successfull because I’m doing what I planned to do in the first place! I would like to expand a little bit more, so I would do do it more than one day a week, and make enough money for me to not have to do anything else. That would be good, but at the moment, I quite enjoy just doing it just once a week. So I’m quite happy with what it is now. But eventually, I would like it be my fulltime occupation, I think. I just need to work on that!

Lots of people buy my pastries on the market, and lots of people come back every week, which is nice. And I’m pretty satisfied with what I do most the time.

Your difficulties and obstacles: 

Because I only do that one day a week, I have to get ready at one time. That’s quite difficult for me, the time management, organizing myself, but I’m getting much better at it. It doesn’t take me as long as it used to. It’s not so stressfull as it was. It’s quite hard to get everything ready because I only do it once a week.

It’s quite because I’ve never done anything like this before, and I ‘m not sure how other people would do it… So I just do it the way that I think it should be done, which probably isn’t always the easiest way, but… no… I quite enjoy it; no, it’s not too difficult for me, it’s difficult because I’m tiried in the week-end. And I always have to work on week-ends. Not going away on week-ends with friends is quite hard. But it’s a good job to have. You can have free time in the week.

Is it easy with the family and personal life?

Yes, its good for my family life. My parents like that I spend time here. For my personnal life, yes, it is difficult to work every week-ends, but otherwise, it is good because I have days off in the beginning of the week. But it’s quite different than other people’s job, so when you try to see friends, it is a bit complicated, but generally it is ok.

With children, I think it would be possible, but I think it would be more difficult. I would be with them on the friday nights. I would be tired, and if something would go wrong with the baking and the children, it would probably be too stressfull for me! But I think it would be possible, it just depends on what my partner does… I would like to teach my children how to cook, which is something that I learnt from my parents, just watching what they were doing.

How do you see yourself and your projects in 5 years?

I would like to have my bakery, which is sort of my goal. Something similar to what I am doing now, but with my own tools, and doing it everyday. I think that I would still like to live in Gisborne, I think! I would have the same business, but lightly bigger. I don’t want anything that I can’t do most of it by myself. I like that I ‘m doing all myself, and I sell it, as well and people know the personn who makes it, and can ask me questions about it, so I know… So I think I would want to have a little shop, nothing so big that I can’t look after mostly by myself. Yeah…

I would like to have a shop where you can see the kitchen. So that it would be like if people would come to see me.

A question or message to other creative women in the world: 
I find quite hard to sort of make myself into a business. So I don’t know how to turn into a question but : « How how do you turn something that you just enjoy doing into enough money to look after yourself and the family you might have. There’s no many people that do that, and I imagine that it is quite difficult, but that’s sort what I’m trying to do. »

I leave her, she’s offering a sweet fruit to my son and is going to bed because she’s been doing a good job since 4 o’clock in the morning!

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*