Mara, « pour les femmes qui veulent être actives, faire encore partie de la vie, même avec un enfant »« Je veux contribuer à tout ce qui peut aider une maman »

Mara, « pour les femmes qui veulent être actives, faire encore partie de la vie, même avec un enfant »« Je veux contribuer à tout ce qui peut aider une maman »
9 février 2016 Emilie

 

Name: Mara Montsegur

Activité: création et vente d’écharpes de portage pour enfants

Activity: creation and commercialization of fabrics for carrying baby

Adress: Buenos Aires – Argentina – mara.monsegur@gmail.com

Website: http://www.mamaloba.com

mamaloba logomamaloba2mamaloba3mamaloba1

Buenos Aires, le 19 aout 2009

Présentation :

Je suis Mara, j’ai 34 ans, je vis à Buenos Aires, avec ma fille MArgharita, de un an et demie et mon mari Esteban. Mon projet est la fabrication et la vente d’écharpes de portage pour les bébés de la naissance àenviron deux ans et demie (18kg).

Ton parcours :

J’ai eu l’idée à partir d’un cadeau de ma belle-sœur qui vit en Finlande. J’avais d’autre d’autres porte-bébés, mais j’ai trouvé ce tissu génial, pour la montagne, les balades, c’est très pratique. J’ai beaucoup aimé ce produit, et j’ai décidé d’en faire. Je me suis associée avec une amie mère de famille elle aussi. Elle s’occupe de la partie design, du site internet, et je m’occupe de la partie production. Je recherche des tissus fabriqués ici en Argentine. Le site web « Mama Loba » n’est pas terminé, on n’a que l’accueil pour l’instant, car mon associée a une fille et est sur le point d’accoucher, alors on fait un peu comme on peut ! et elle est alitée depuis un mois…

Tes satisfactions et motivations :

Ce produit est vraiment bon. J’en ai essayé beaucoup d’autres modes de portage, et même le plus connu, ici, Wawita, je ne le trouve pas confortable.

C’est le début, mais ici, le marché des accessoires et matériels pour enfants est très traditionnel, nous n’avons pas de produits pour les femmes qui veulent être actives, faire encore partie de la vie avec un enfant… J’ai fait le choix de rester à la maison. Un gros défi pour moi est d’apporter de nouvelles choses au marché de maternité en Argentine. Car ici, je trouve que l’offre est très pauvre, en comparaison avec les autres pays que je connais, les Etats Unis ou la Finlande… Je veux contribuer à tout ce qui peut aider une maman.

Tes Difficultés et obstacles :

Il y en a beaucoup… car nous sommes deux mamans. On doit s’organiser. Je ne connais pas le milieu du textile, car j’ai toujours travaillé dans un autre domaine. J’étais manager dans des restaurants. Mon mari vient d’ouvrir un restaurant italien. Je dois tout apprendre.

Est-ce compatible avec ta vie personnelle, familiale ?

Je travaille à la maison, et je sors pour des rendez-vous, pour acheter les matières premières, … Mais je peux organiser mon temps comme je veux.

Comment te vois-tu dans cinq ans, et tes projets ?

C’est juste le début de beaucoup d’autres choses que nous pouvons apporter en Argentine. Au Chili et en Uruguay non plus, il n’y a pas ces produits. Je pense à beaucoup d’autres idées, comme les « turbulettes », nous n’en avons presque pas ici : une seule marque en propose. C’est pourtant très pratique. Ici, les bébés s’habillent en rose et en bleu. Le coton biologique est très difficile à trouve. Il vient du Pérou.

Un message ou des questions aux autres femmes créatrices du monde ?

C’est bien de voir comment elles posent leurs priorités, comment elles s’occupent de leur famille, comment elles choisissent de s’organiser pour pouvoir aussi faire ce qu’elles veulent. C’est difficile de trouver l’équilibre, mais c’est très important. Cela vaut le coup de faire l’effort.

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*